Menu
Menu
Réfléchir pour réussir : la stratégie de communication

Réfléchir pour réussir

Posté le 13 octobre 2015 dans Vie du studio

La communication est un atout au service de la réussite de l’entreprise. Elle sert à faire connaitre, à véhiculer une image, un message, à convaincre, elle sert à créer une relation… C’est un poste important au sein de la stratégie d’entreprise. Malheureusement, le premier réflexe est trop souvent de penser aux outils de communication à mettre en œuvre, avant de penser à l’objectif à que vous voulez atteindre.

 

 

 

 

« tout le succès d’une opération réside dans sa préparation »

Nous sommes désolés de devoir vous le dire, mais vous avez tendance à mettre la charrue avant les bœufs, vous brûlez les étapes, et c’est bien dommage…

 

Votre erreur est de confondre « action de communication » avec « support de communication », et de ne considérer l’action de com’ que par sa phase active : fabrication et diffusion.

 

Vu comme ça, c’est plutôt simple : il suffit de rassembler dans un tableur des offres, des tarifs, des prestataires, de cocher ce que vous avez déjà fait, et ce que vous voudriez faire. Vous êtes dans le domaine de l’action, et le résultat tangible vous parait satisfaisant.

 

Mais qu’en est-il du but à atteindre, de la cible à toucher, du message à véhiculer, de la cohérence avec l’image de marque de l’entreprise, du positionnement face à la concurrence… ?

 

Sans stratégie, comment pouvez-vous affirmer avoir pris la bonne décision en choisissant un outil de communication plutôt qu’un autre ? Comment prendre la décision de renouveler une opération ou au contraire de placer son budget dans une nouvelle action de communication ?

Réfléchir pour réussir, la stratégie de communication

 

Plutôt que de foncer, tête baissée, comme Obélix sur un camp de Romains, posez-vous une minute pour méditer l’enseignement de Sun Tzu.

 

 

 

 

« celui qui n’a pas d’objectifs ne risque pas de les atteindre »

La première étape sera de se fixer un but, tout simplement.

 

S’agit-il de mettre une nouvelle gamme sur le marché ? De tacler l’offre coup de poing de votre concurrent ? De faire entrer le client dans votre boutique ?

 

Sans objectif défini, précis, toute action de communication n’est que de l’argent jeté par les fenêtres, et obtiendra autant de résultat qu’un coup dans l’eau. Par contre, n’hésitez pas à segmenter un but trop vaste en plusieurs objectifs précis, qu’il sera possible d’atteindre un par un.

 

 

 

 

« connais-toi toi-même, et connais ton ennemi »

Maintenant, vous allez pouvoir réfléchir à la cible et au contexte de l’opération.

 

D’abord, définir quel est le public visé : plus la cible est précise, et plus il sera possible de l’atteindre.

 

Donc pas de « tout le monde », « de 7 à 77 ans » ou « les particuliers » comme réponse à cette question épineuse. Mais plutôt « La femme de 35 ans, Jurassienne, attirée par la mode, au budget vestimentaire supérieur à 70€/mois ».

 

Ensuite, re-cernez votre contexte : l’offre de l’entreprise, la manière dont elle est perçue (image de marque), ses moyens de communication, ses atouts et ses faiblesses par rapport à son marché, les tendances et l’air du temps, les attentes actuelles du public visé, les cycles de consommation… Là encore, la précision est de mise, sans quoi le jeu s’arrête là.

 

Toujours dans le cadre du contexte vient ensuite la question de la concurrence (directe et indirecte) : quelle est-elle ? De quelle manière est-elle perçue par ses clients? Comment discute-t-elle avec sa cible ? Quelle communication effectue-t-elle pour entretenir cette relation ?…

 

Plus l’information que vous apportez à ces question sera qualitative, et plus il sera aisé de cerner ce qui devra être fait pour devancer vos concurrents.

 

Vous allez dire : « Tout ça, c’est du marketing, pas de la communication ! »… et vous aurez raison ! C’est normal, l’un ne va pas sans l’autre. Un grand général se doit d’avoir une vision globale, donc vous aussi.

 

 

 

 

« ne répétez pas les mêmes tactiques victorieuses, mais adaptez-vous aux circonstances chaque fois particulières »

Avec le trio gagnant objectif + cible + contexte, vous commencez à distinguer un certain nombre de choses, vous avez récolté un maximum de données, et vos tableurs en sont pleins. Posez votre stylo et décrochez votre téléphone, il est temps de nous contacter pour nous confier la suite 😉

 

Dans la 2e phase il s’agira de faire jaillir des idées qui deviendront des axes de communication.

 

Quel message délivrer à la cible ? Sur quel ton ? Comment surprendre notre Jurassienne pour qu’elle prête attention à ce qu’on va lui dire ? Où et comment va-t-on entrer en contact avec elle ? Comment lui transmettre en un coup tout ce qui est le bagage de l’entreprise, sans provoquer un rejet ?

 

Pas de recette toute prête ici, car en se simplifiant la vie en reprenant une stratégie qui a déjà fonctionné ailleurs, on risque fort de se prendre un mur de plein fouet…

 

Il faudra faire du tri dans tout ce qui ressortira de l’analyse et du brainstorming, pour pouvoir formuler une réponse nette, évidente, une ligne de conduite à suivre, qui soit en adéquation avec tous les paramètres de l’équation, car « on n’entreprend pas une action qui ne répond pas aux intérêts du pays ».

 

Tout cela aboutit à la définition des moyens à mettre en œuvre pour déployer l’action de communication : les contenus à créer, les supports et les canaux à utiliser, les moyens techniques, humains et financiers à dédier à l’action, le calendrier de conception/fabrication/déploiement/analyse, les outils de mesure et de suivit de l’action.

 

 

 

 

« la victoire n’est que le fruit d’une supputation exacte »

Ouf, nous voilà à l’aube d’une grande bataille, celle où votre entreprise devra l’emporter sur la concurrence. Mais, en général prévoyant, vous avez mis toutes les chances de votre côté pour vous assurer la victoire. Confiant dans notre stratégie, fort dans vos décisions, c’est sûr, ce soir vous vaincrez !

 

Note : toutes les citations sont tirées de L’art de la guerre écrit en 513 avant JC par Sun Tzu.

Si cet article vous a plu,
vous pouvez le partager